Avengers Endgame : Lettre d’amour à dix ans de films

Après avoir marqué l’année 2018 d’une emprunte inoubliable avec Infinity War, les Avengers reviennent à peine un an plus tard dans Endgame pour clore la saga Marvel par Disney telle que nous la connaissons. Un événement attendu par le monde entier qui s’apprête à dire adieu à une époque bénie et des personnages qui l’ont accompagné dix années durant.

Cet article ne contient pas de spoiler. #DontSpoilTheEndgame

Rendez-vous cérémonial

J’ai eu la chance d’assister mardi soir à l’avant-première du film, précédée par une projection rétrospective d’Infinity War. Dès mon entrée dans la salle, le nombre de personnes présentes rien que pour revoir un film sorti l’an dernier m’a étonné : les fans sont bien au rendez-vous et ont l’intention de s’investir complètement dans ces adieux. Mais ce n’est que lors de ma sortie du premier film que l’ampleur de l’événement se rendit concrète : une heure avant le début d’Endgame, la file d’attente est déjà énorme. Alors qu’une seule séance était prévue, le cinéma avait même rajouté quelques jours plus tôt une seconde chance d’assister à l’avant-première. Un rassemblement massif que je n’avais pas vu depuis Star Wars VII et qui fut d’autant plus impressionnant une fois arrivé dans cette salle de cinéma massive et pourtant remplie par des fans prêts à en découdre. A peine le film commence, les applaudissements grondent et se répéteront à de nombreuses reprises au cours du long-métrage : c’est une véritable célébration.

Avengers Endgame Cinéma
Ce n’est évidemment pas ma séance mais on va faire comme si

Trois heures utilisées à bon escient

Dès le départ, Endgame surprend de par son rythme. Un démarrage doux se transforme très rapidement en course effrénée qui forme le premier acte, le plus court. Le film se pose alors véritablement pour explorer les conséquences du précédent volet. On comprend rapidement le choix d’une durée de trois heures : Endgame va tout développer en profondeur, il n’est pas question de rusher quoi que ce soit. On sent alors tout le poids qui pèse non seulement sur les Avengers, mais sur le monde entier, en majorité incapable d’aller de l’avant après une si énorme perte. Ces scènes sont terriblement efficaces et touchantes tant elles sont sincères et nous rapprochent de nos héros, plus fragiles que jamais. Infinity War se voit donner tout le poids qu’il mérite.

Si le tragique est particulièrement marqué dans Endgame, le film n’en oublie pas pour autant tout son héritage. Le Marvel Cinematic Universe n’a jamais été un univers sombre et pessimiste, il a toujours laissé une place d’importance à l’optimisme et à la comédie, et c’est tout naturellement dans ce sentier que s’inscrit le dernier volet de la saga. Ainsi, le film bascule constamment entre chaque registre mais sans pour autant créer de déséquilibre, même si on notera un humour parfois trop poussif et des choix discutables pour certains personnages pour lesquels on ressent un certain manque d’inspiration dans leur développement.

Avengers Endgame Trinité

Deux maîtres mots : amour et générosité

Ce n’est qu’à partir du troisième acte, qui doit vraisemblablement arriver au bout d’une heure, que l’aventure se lance réellement. Maintenant que les enjeux ont été posés comme il se doit, l’explosion d’amour peut commencer. Parce que oui c’est avant tout ce qui définit Endgame : l’amour du Marvel Cinematic Universe. Les réalisateurs du film, Anthony et Joe Russo, ont parfaitement compris leur mission. Chaque film était une pièce d’un puzzle qui a pris tout son sens dans Infinity War, mais c’est véritablement Endgame qui viendra rendre hommage à ce qui constitue onze ans de vie des fans. Avoir vu chacun des 21 films précédant n’est certainement pas indispensable pour apprécier ce nouveau volet, mais sa pleine générosité ne vous sera dévoilée que si vous avez été un fan assidu puisque des références sont faites à chacun d’entre eux et même aux comics ! Le fan-service n’aura jamais eu autant de sens et de signification que dans Endgame, chaque référence faisant mouche et venant apporter une immense satisfaction au spectateur. Que ce soit à travers une réplique ou une situation familière, tout dans ce film répond aux précédents pour clore au mieux chaque développement et, ne nous le cachons pas, émouvoir le spectateur. Pour parvenir à ce résultat, Endgame met en scène un scénario optimal pensé exclusivement pour créer ce terrain de jeu parfait qui permet un plaisir maximum. La conséquence est néanmoins l’impression d’avoir, en milieu de film, affaire à un patchwork tant le film part dans tous les sens. Honorablement, il n’handicape pas pour autant les inévitables suites à venir mais lance au contraire de nouvelles billes avec lesquelles Kevin Feige (le grand manitou de l’univers) pourra jouer.

null

Les sentiments du spectateur seront mis à dure épreuve lors du dernier acte, feu d’artifice flamboyant et célébration ultime des onze ans de construction de cet univers. L’émotion transmise par ce spectacle pousse même à oublier Star Wars ou Le Seigneur des Anneaux : grâce à ce développement, Endgame propose la nouvelle référence en terme de représentation épique (tout du moins la mienne). Un spectacle qui monte crescendo alors que le focus passe de la Trinité originale à l’univers qu’elle a permis d’assembler au fil des ans. Un hommage majestueux doublé d’un passage de flambeau idéal. Bien entendu, le film est avant tout consacré aux Avengers originaux là où Infinity War était davantage l’histoire de Thanos. Les disparus sont traités jusqu’au bout avec un respect absolu à travers une fin de parcours idéal pour chaque développement tissés au long de ces nombreuses années. Chaque départ a un impact lourd en émotion, Endgame y veille bien.

Merci Marvel

Alors que l’heure du dénouement approchait, l’angoisse m’habitait tant j’avais peur de dire au revoir à ces personnages et par extension à tout une époque. Comme beaucoup, je suis un spectateur du Marvel Cinematic Universe depuis (quasiment) la première heure, mais alors qu’Iron Man frappait mon écran, j’étais loin de me douter du glorieux futur à venir pour cet univers en pleine construction. Qu’on le veuille ou non, le MCU a révolutionné la façon de concevoir le cinéma. Mais surtout, avec sa logique issue des séries, son inter-connexion et le cœur qu’il a mis dans cette adaptation des comics de Marvel, il a su s’imposer et marquer le monde entier. Mon moi adolescent (con, forcément) a tenter d’éviter cet inévitable train, mais je n’ai pu que le prendre avec passion pour devenir un fan profond de ces films qui touchent au cœur même de la figure super-héroïque pour l’incarner de la meilleure façon possible. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis heureux de pouvoir dire que cette merveilleuse aventure a su trouver comment remplir toutes les attentes possibles tout en laissant derrière elle un vide inéluctable. Même s’ils vont me manquer, l’angoisse n’a plus lieu d’être : mes héros ont eu la fin qu’ils méritaient, une belle fin.

10 commentaires sur « Avengers Endgame : Lettre d’amour à dix ans de films »

  1. Ah, on ressent ton amour pour le MCU au travers de ces lignes et c’est un plaisir à lire 😀
    Le film est effectivement un sacré bordel à certains moments, la faute à un montage qui part un peu dans tous les sens. Mais comment rester insensible ? Kevin Feige a trollé tout le monde en annonçant beaucoup de choses sur ce film, et finalement, il apparaît comme un baroud d’honneur pour des héros qui savent que leur aventure s’arrêtera bientôt. Alors on pourra pester sur certains choix (Hulk, franchement, je suis pas fan), mais Endgame a vraiment cette saveur particulière d’une licence qui s’arrête, prend son temps, regarde en arrière ce qui l’a fondé, avant de laisser ses plus jeunes héros prendre leur envol pour la suite. Ca fait évidemment un pincement au coeur de se dire qu’on ne les reverra pas tous, mais j’ai bien du mal à calmer mon impatience de voir la prochaine génération de héros et d’héroïnes…

    Aimé par 1 personne

    1. Ah oui, j’en suis venu à vraiment devenir passionné de cet univers unique en son genre. Et avec ma vision toute fraîche de cette conclusion, les sentiments sont forcément exacerbés ! J’ai l’impression qu’on est beaucoup à passer volontiers outres les défauts de ce film grâce à la générosité sans limite qu’il propose. Au final, c’est bien cet amour qu’il faut retenir et qui est important dans le cadre d’une conclusion pareille. J’aime beaucoup la façon dont tu le définis, c’est exactement ça. Et comme toi, même si l’heure est aux larmes pour les Avengers originaux, je suis très curieux de voir comment s’articulera la suite de l’équipe. Encore une fois, c’est parce qu’ils l’ont construite en amont avec l’introduction de la nouvelle génération que l’on est aussi chaud pour les voir rendre la relève. Ça va être très différent, mais assurément intéressant. Spider-Man, Black Panther, Captain Marvel, Doctor Strange, Scarlet Witch, Ant-Man, The Wasp… On a déjà du beau monde !

      Aimé par 1 personne

      1. Ah oui ça c’est certain, même si les anciens vont laisser un vide, il y a quand même de belles choses qui pourraient arriver. J’ai bien aimé le fait que Captain Marvel soit mise en retrait (tout en « planant » sur le champ de bataille en attendant son tour) car elle incarnera sûrement la suite des Avengers, comme Spider-Man et Falcon.
        J’ai cru entrevoir la possibilité d’une Iron Heart dans le futur au regard de la conclusion du film avec Iron Man, mais bon, ça c’est mes espoirs… 😀
        J’aimerais bien aussi que Scarlet Witch prenne plus d’importance, et pourquoi pas un jour un film A-Force, qui a été esquissé par le fameux plan avec toutes les héroïnes.

        J’aime

  2. Merci pour ta critique sans spoiler ! Je doute d’aller voir 3h d’Avengers, au ciné, pour la raison simple que je n’ai vu qu’une partie des films du MCU, et que certains m’ont laissé de marbre. Cela ne m’empêche pas d’envier tout ceux qui ont suivi l’aventure MCU avec assiduité, pour se réjouir devant un final qui a l’air grandiose ! C’est vrai que le MCU a proposé une saga cinématographique sérielle que beaucoup essaient (vainement) d’égaler^^

    Aimé par 1 personne

    1. 3h c’est pas grand chose finalement, comme j’ai vu Infinity War avant j’y suis resté 6h moi 😂 C’est certain que tu rateras une certaine partie du charme du film si tu ne les as pas tous vus, mais rien que pour l’énorme spectacle proposé ça vaut le coup !

      J’aime

    2. @Flo Palmieri :
      Personnellement, je n’avais réellement vu (et apprécié) que les Avengers, les Iron Man et les Captain America. Franchement, je sais pas de quoi on a besoin de plus pour suivre le délire ambiant. Déjà avec ça, le fan-service ambiant m’a laissée bouche bée.
      Si on veut épurer, tu peux même zapper les Iron Man (sauf le premier, pour bien cerner la personnalité égocentrique et opportuniste de Stark)(il part de loin, lui) et ne regarder que les Avengers et les trois Captain America.
      Le reste, si t’as envie de te lancer dedans, je te souhaite bien courage.
      Moi, j’y arriverais pas.

      Aimé par 1 personne

      1. Le fan d’Iron Man que je suis ne peut pas soutenir ça… Enfin, en soi, on peut à peu près tout zapper si on veut, y’a tjs moyen de comprendre qqch. Le plus important, c’est forcément les films Avengers pour Endgame. Mais Tony Stark a eu une évolution telle sur chacun des films où il est présent que sauter ses films solos me paraît dommage. C’est la même chose que pour les Captain America au final, ou même tout autre film solo. À part Civil War peut-être, qui est à moitié un film Avengers…

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s