Pokémon Film 21 : Le Pouvoir est en nous – Un hommage haut en couleurs

C’est une tradition ininterrompue depuis Mewtwo Contre-Attaque en 1998, soit 20 ans : la sortie annuelle d’un long-métrage Pokémon. Depuis l’an dernier, la saga a opéré ce qu’on appellera un soft-reboot, c’est-à-dire qu’elle a repris les aventures de Sacha à zéro lors du film 20 : Je te choisis ! Le film de cette année reprend donc sur ces nouvelles bases et s’offre même le luxe de remettre en scène Lugia, Pokémon héros du second film : Le Pouvoir est en toi. Vous l’aurez compris, ce nouvel opus est une sorte d’hommage à son aîné. Mais a-t-il réellement une plus-value ?

Un hommage thématique dans une histoire inédite

Lorsque ce nouveau volet a été annoncé, ce fut par le biais d’un simple teaser reprenant la mélodie de Lugia entendue dans Le Pouvoir est en toi, jusqu’à ce que la présence du Pokémon soit confirmée et que le titre hommage soit dévoilé. Autant dire que beaucoup laissait à penser qu’il s’agissait d’une sorte de remake où le protecteur des abysses aurait à nouveau un rôle central : de quoi exciter les vieux nostalgiques toujours amoureux de la licence comme moi. Au final, le résultat est très loin de ce qu’on pouvait imaginer, en grande partie pour le mieux. En effet, si la structure reste la même que dans chaque film, le scénario est complètement différent que dans le second film. Pas de Sulfura, Electhor ou Artikodin ni d’ambiance apocalyptique, ce film est fondamentalement plus lumineux. Il en conserve néanmoins les thématiques environnementales : Fula est une ville qui remercie chaque année à travers un festival le cadeau du vent que leur fait Lugia chaque année. Un élément qui se veut plus symbolique que littéral évidemment, mais qui se voit agrémenté d’incendies et autre catastrophe chimique (une grande peur japonaise) bien réels au fil de l’histoire, renforçant l’importance de la nature et le lien entretenue avec elle.

Zeraora (1)
Sonic Zeraora, nouveau Pokémon au cœur du récit

Entre harmonie et désillusion

Là où ce nouveau volet est particulièrement intéressant, c’est qu’il se permet de fissurer un fondamental de la saga : l’amour entre les humains et les Pokémon. Alors que l’on nous présente Fula comme une ville où l’harmonie règne entre les deux espèces depuis sa fondation, à tel point qu’elle en fut récompensée par Lugia, on apprend aux deux-tiers du film que la vérité est moins parfaite. Ce n’est pas la première fois que la saga nous présente une humanité qui blesse les Pokémon, mais à chaque fois (ou presque, je n’ai pas tout vu non plus) sous la forme de personnages clairement désignés comme mauvais. Ici, c’est un ensemble de personnes auquel aucun jugement de valeur n’est apporté, et qui sont en plus des colons, les fondateurs même de la ville. Qui a dit que Pokémon ne pouvait pas avoir de sous-texte ? Il y a ainsi un véritable sentiment de désillusion assez osé pour la franchise, mais qui se voit de suite fortement contrebalancé par le discours classique et niais de Sacha (pensez « le pouvoir des Pokémon »). Non pas que cela me dérange, c’est obligatoire et normal, mais le film le martèle à de nombreuses reprises comme pour recouvrir la désillusion.

Risa
Risa, une héroïne attachante et colorée qu’on aimerait revoir

Le pouvoir est en nous, mais surtout en Wit Studio

Si ce volet m’excitait tout particulièrement depuis son annonce, c’est également puisque OLM, les studios d’animation qui s’occupent de la saga depuis ses débuts, ont cette fois-ci collaboré avec Wit Studio. Un symbole de qualité puisque ce sont eux qui se chargent de l’animation de L’Attaque des Titans, une série absolument magistrale sur ce plan (et sur d’autres). Si la qualité visuelle de ce film n’atteint pas celle de la dite série, elle n’en reste pas moins de haute volée et réellement envoûtante. Après une animation décriée pour les saisons Soleil et Lune, la franchise avait opéré un retour aux sources dans le 20ème volet, mais prend à nouveau un certain risque (probablement le fruit de cette collaboration) en proposant un style plus « kawaii ». C’est un vrai festival de couleur qui nous est dépeint, et que ce soit par les décors ou les personnages, tout transpire la vie, la joie, l’harmonie.

The Power of Us (2)

Des caractéristiques qui se retrouvent également dans la troupe de personnages archétypes présentés ici, hauts en couleurs et dont l’association rappelle les grandes aventures à la Dragon Quest. Sacha a beau ne plus avoir de compagnons réguliers (ce soft-reboot se détachant de la série animée), il est ici plus entouré que jamais : c’est pourquoi « le pouvoir est en nous » et non plus « en toi » (« of us »/ »of one » en anglais), cette histoire célèbre la communion entre les hommes, les Pokémon, et la nature. Tout ceci participe à donner un véritable charme à ce volet, et bien que les deux premiers tiers soient très simples et sobres, on est conquis. Ce n’est qu’à partir du troisième acte que le film perd en rythme et s’uniformise dans l’habituel danger à prévenir, bien qu’il soit ici plus intime qu’à l’accoutumée. Sans trop s’avancer, on peut penser que ce relatif creux aurait pu être empêché par la présence de Lugia, qui ne fait au final que figuration puisqu’il n’apparaît (muet) que trente secondes à la fin. L’absence de Pokémon légendaire est raccord avec le message envoyé, mais elle reste frustrante tant le protecteur des abysses avait été teasé.

Sacha
Quand tu te rends compte que la présence de Lugia, c’est du vent

Beau, coloré, lumineux, ce nouvel opus possède un véritable charme dans son ambiance même, et ce sans devoir se donner la peine de raconter une aventure spectaculaire. Si le dernier tiers se montre plus faible, « Le Pouvoir est en nous » reste un magnifique opus de la saga ainsi qu’un bel hommage à son aîné grâce à sa célébration de l’harmonie entre l’Homme, la nature et les Pokémon.

2 commentaires sur « Pokémon Film 21 : Le Pouvoir est en nous – Un hommage haut en couleurs »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s