Pokémon Saison 20 : Soleil et Lune, retour sur les 2 premiers épisodes

Fini les arènes, la quête de victoire sur la ligue, Sacha est en vacances ! En effet, pour cette septième génération de Pokémon, il a été choisi de faire une césure afin d’apporter de la nouveauté et de casser les codes.

C’est ainsi que Sacha et sa mère se retrouvent en vacances dans la région d’Alola, composée de quatre îles. L’ambiance est estivale, jeux de plage et bronzage sont au programme : on sent de suite la différence. En plus d’être en vacances, ceux-ci ont pour devoir de rapporter un mystérieux œuf de la part du professeur Chen à son frère, le directeur Chen. Directeur ? En effet, dans cette région existe une école Pokémon. Il serait temps que Sacha y aille d’ailleurs, depuis le temps qu’il est parti de Bourg-Palette, sans jamais réussir à devenir maître Pokémon (mais sans prendre une ride). Et justement, c’est ce que le jeune dresseur entreprend (il aura fallu qu’il parte en vacances pour aller à l’école, vous le voyez le paradoxe ?), émerveillé devant tout ce que peut offrir cette école. Et quand je dis tout, c’est vraiment tout. Va dans une vraie école pour voir si c’est aussi cool gamin. Et puis bon, comme il ne faut pas abuser, il n’y a qu’un seul professeur et cinq élèves à tout casser. Loin de moi l’idée de me plaindre, c’est déjà bien suffisant.

img_3658

En arrêtant le sarcasme deux minutes, la bande d’enfants qui constitue l’école se révèle être plutôt agréable à suivre. Bien entendu, comme d’habitude, tout le monde est sous LSD, à s’ébahir devant tout, même devant un mioche qui n’a réussi à vaincre aucune des ligues rencontrées jusque là. Mais dans l’ensemble, à partir de ces deux épisodes, aucun de ces élèves ne m’a semblé insupportable, ce qui est déjà un bon point. Puisque j’ai dit arrêter le sarcasme, autant le dire sincèrement : l’ambiance bon enfant qui se dégage est franchement agréable, et l’on peut déjà voir se dessiner les caractéristiques de chacun : le beau-gosse, la miss je-sais-tout, la meuf sympa, le petit gros, etc. Le concept de l’école est fort pratique pour mettre en avant la particularité de cette région, c’est à dire les formes propres à Alola de Pokémon de la première génération.

Mais ce n’est pas la seule nouveauté. Comme dit précédemment, fini les badges et les arènes. Par quoi les remplacer ? Par une nouvelle quête, qui consistera à franchir les obstacles et épreuves (bon ok, je triche un peu à partir de ce que j’ai lu sur les jeux) afin d’obtenir un cristal Z, voir plusieurs, je ne sais pas trop. Eh oui, après les méga-évolutions, voilà qu’arrive une nouvelle capacité s’activant lorsque le dresseur et son Pokémon sont en communion, que leur cœur s’accorde, vous avez compris le délire (y’a même une dance qui va avec). Mais pour cela, il faut avoir un cristal Z, et un bracelet spécial. Comme Sacha ne brille pas forcément toujours, le Pokémon gardien de l’île, Tokorico, a pris les devants et les lui a offert. Mais pourquoi chercher un cristal Z alors ? Parce que Tokorico, ça l’amuse de tester les dresseurs, et comme Sacha n’était pas digne d’un tel cadeau, son cristal s’est brisé. Ce principe des Pokémon gardiens testant les dresseurs est plutôt intéressant et cela leur donne une certaine aura. A voir où cela nous mène. Du coup, Sacha et les autres mioches vont sécher les cours. Elle est belle la jeunesse. Mais comme le prof’ est d’accord, pas de soucis. (De France ou d’Alola, tous les mêmes)

0140e2ba378fed2d19ead95659fc94cc0ccd7104

Parlons deux minutes des graphismes, qui ont créés une petite polémique. En effet, les dessins sont désormais plus simplistes (feignants si on veut), rajeunissant Sacha alors qu’il n’avait pas vieilli, et bien entendu, on adhère ou pas. A titre personnel, c’est une des choses qui m’a poussé à tester cette saison, et je trouve ce changement plutôt bienvenu, renforçant l’idée de renouveau. De plus, l’animation est toujours efficace, et ces traits plus cartoons permettent des expressions de visage proches des mèmes.

Niveau décors, on ressent bien le côté hawaïen, ainsi que pour les nouveaux Pokémon qui se montrent plutôt colorés, particulièrement Tokorico. Les personnages aussi se montrent plus colorés d’ailleurs, de manière carrément excessives. D’accord on est sur une île, y’a du soleil et des nanas, mais quand même, c’est pas une raison pour donner une couleur bizarre à certains, qui ont l’air d’avoir littéralement cramés.

Du coup, on peut dire que c’est une saison qui commence vraiment bien, de par son ambiance tropicale, ses dessins nouveaux, ses concepts originaux, et le fil rouge de la saison qui aura le mérite de changer de ce qu’on a eu l’habitude de voir (et c’est un mec qui n’a pas regardé l’animé depuis des années qui dit ça). Pour dire, ça me donne envie de continuer (quand ça sortira en VF, nostalgie tout ça) et même d’acheter le jeu. Pari réussi.

Un commentaire sur « Pokémon Saison 20 : Soleil et Lune, retour sur les 2 premiers épisodes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s